Se réapproprier son corps grâce à la zoothérapie

16 novembre 2018   

Les animaux aident les personnes

handicapées à se réapproprier peu à

peu leur corps par des exercices

progressifs. Marcher droit avec le chien

en laisse, faire du slalom et de l’agility

avec lui, tenir le cerceau pour faire

sauter le chien dedans, ... Les exercices de motricité sont adaptés à chacun selon ses capacités, avec l’aide du professionnel de l’établissement (kinésithérapeute ou psychomotricien le plus souvent).

En plus du potentiel physique, les capacités cognitives sont également stimulées : lire un parcours d’agility et l’installer en se repérant correctement permet de travailler la représentation mentale, l’organisation spatiale et la planification, comprendre pourquoi il faut se positionner de telle ou telle façon pour faciliter le travail du chien fait réfléchir sur la relation de cause à effet, …

Tout ceci se faisant dans la bonne humeur et dans le respect de chacun, les compétences sensorielles et sociales sont donc également indirectement travaillées.

Les progrès sont visibles au bout de quelques séances. Le zoothérapeute veille à faire le lien avec la vie de tous les jours, sans les animaux. A la fin de la séance, il demande aux bénéficiaires de lui faire un retour sur leur vécu, met en avant leurs progrès. Valorisés, ils reprennent aussi confiance en eux.